Le confinement imposé par le gouvernement est cette fois-ci accompagné d’une mesure qui a déclenché une montée de boucliers de la part des parents d’élèves.

Non seulement inquiets, les parents ne peuvent accepter que l’on sacrifie la santé et le développement de leurs enfants sur l’autel de mesures sanitaires mouvantes.

De nombreux médecins spécialistes s’accordent pour dire que le port du masque pour les enfants, et notamment pour les moins de 11 ans, est nuisible pour leur santé physique (difficultés respiratoires, etc.) comme psychologique (angoisses etc.).

Par ailleurs, ce masque est aussi préjudiciable pour l’apprentissage scolaire en particulier pour la lecture et le langage. Sans parler du côté sociologique où l’intégration si importante ne peut se faire convenablement. Tout comme les interactions sociales qui sont fortement remises en cause.

Un mal pour un bien me direz-vous ? Le collectif des parents d’élèves de Port Saint Louis du Rhône ont dit non : cette mesure est inacceptable. Si personne ne remet en cause l’importance du maintien des enfants à l’école, il peut se faire avec d’autres mesures comme par exemple la diminution des effectifs en classe. Ils demandent, tout comme le corps enseignant, des moyens supplémentaires pour la sécurité de leurs enfants.

Aussi, afin de s’organiser, les parents d’élèves venant de tous horizons se sont rassemblés en un collectif citoyen et communiquent via un groupe Facebook

Leur première action a été de diffuser un tract accompagné d’une pétition adressée entre autres au ministère de l’Education Nationale, pour le retrait de l’obligation du port du masque pour les enfants du primaire. Cette pétition a été très bien accueillie devant les écoles par des parents qui se sont sentis soutenus.

Un rapide état des lieux à été fait quant à la rentrée de novembre sur la commune : de nombreux enfants étaient en pleur d’autres effrayés, tous loin de la sérénité que doit représenter l’école.  Par ailleurs, les parents déplorent et réclament depuis longtemps la présence d’un psychologue scolaire sur la ville. Avec ce que les enfants sont obligés de subir avec cette nouvelle mesure et ce nouveau confinement,  ils trouvent intolérable de n’avoir toujours personne.

Pour faire entendre leurs voix, un appel est d’ores et déjà lancé pour une journée « écoles mortes » vendredi 06 novembre.

A LIRE AUSSI :

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.