Samedi 27 Mars, le Port St Louis Fishing Club a participé au mouvement contestataire organisé et mis en place par le « collectif » afin de revenir sur l’arrêté établi par le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) et revendiquer leurs droits. Tous les clubs, toutes les villes et toutes les fédérations de pêche unis face à ce décret !

Le mot du Président : Gael Cavolino.

« Si nous sommes tous là aujourd’hui, c’est avant tout pour manifester notre mécontentement envers cet arrêté imposé par le Port Autonome.
Nous ne sommes pas là à bisquer contre quelques restrictions, puisqu’en définition, restreindre n’est pas interdire, mais nous sommes contre les interdictions qui nous sont édictées par cet arrêté. Nous ne sommes pas fermés, des solutions existent et nous pouvons cohabiter. Ce que nous souhaitons, c’est trouver une solution qui serait bénéfique pour chacun.
Pour cela faudrait-il encore que l’on accepte de nous entendre. C’est cela qui nous révolte. Nous ne comprenons pas pourquoi le Port Autonome refuse de nous donner une chance de nous défendre. Nous avons des propositions à faire mais ses dirigeants refusent de nous recevoir.
Pourquoi cet arrêté ? Pourquoi n’a-t-on pas concerté les différentes fédérations de pêche ? Enormément de loisirs dans notre région tournent autour du nautisme et particulièrement de la pêche. Pensez-vous que les pêcheurs plaisanciers n’ont pas d’importance dans la balance économique ?
Que doit-on en conclure ? Que de leur point de vue nous ne sommes rien ?

Pourtant 200 bateaux étaient présents et pas moins de 500 pêcheurs aussi, et ce n’est là qu’une petite partie visible de l’iceberg, nous sommes beaucoup plus nombreux à être unis et solidaires pour défendre notre passion commune.
On ne peut nous empêcher de penser qu’il est injuste qu’à cause d’une minorité, la majorité soit sanctionnée !
Nous ne défendons pas seulement nos droits en tant que pêcheurs mais également en tant qu’habitants du golfe de Fos. Nous vivons ici depuis plusieurs générations, nous sommes encerclés d’usines, d’allées et venues de camions, de bateaux pétroliers, de porte-conteneurs et pourtant nous ne nous en plaignons pas.
Tant que nous aurons toujours la mer et les nombreux privilèges qu’elle nous offre comme la pêche, la vie restera douce et légère ici. Mais si cela venait à nous être arraché, alors je ne sais quoi penser de ces mots, ces valeurs qui font pourtant l’effigie des convictions de la France : Liberté, égalité, fraternité, une illusion au doux parfum d’avant ! »

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *