Solamat Merex, le commissaire enquêteur favorable !

solamax merex

Le commissaire enquêteur a rendu son rapport sur la demande d’autorisation d’extension des activités de traitement des déchets industriels formulée par la société Solamat Merex.

 C’est en fait essentiellement une augmentation d’incinération de 30 000 t/an, soit 50 % de sa capacité actuelle, que l’exploitant revendique. Présenté en pleine pandémie, ce projet, vieux de plusieurs années, nous a interpellé tant il est contraire à l’intérêt général. 
 
Au Fil du Rhône et de la Fédération d’Action Régionale pour l’Environnement, ont déposé, comme d’autres, leurs remarques et observations sur le projet et le contexte dans lequel il s’inscrit, rappelant les risques sanitaires qui sont attachés à l’incinération des déchets. Le commissaire enquêteur, s’en tenant à l’étude d’impact fournie par l’industriel, minimisant les conséquences sanitaires de la pollution de l’air, ignorant à la fois la réalité du contexte local et l’évolution des connaissances scientifiques, donne un avis favorable. 
 
Ni les études EPSEAL menées sur Fos, Port Saint Louis et Saint Martin de Crau et l’étude Scenarii qui ont concouru à la reconnaissance désormais établie de la fragilité de l’état de santé des habitants, ni les récentes recherches sur l’implication des polluants atmosphériques dans la survenue ou l’aggravation de nombreuses maladies, ne semblent avoir retenu l’attention de cet ingénieur retraité, pur produit de l’industrie chimique. Simple naïveté ou accointance affective avec le milieu industriel, quelle que soit la raison de son avis, l’argumentaire anachronique qui l’accompagne révèle un déni de la réalité du territoire. 
 
Nul doute hélas, comme ce fut le cas pour l’incinérateur de déchets ménagers de la Communauté Urbaine de Marseille, devenue Métropole, que le Préfet s’y référera pour autoriser l’augmentation d’incinération demandée. Espérons que tous ceux qui se sont exprimés contre ce projet, n’hésitent pas à se mobiliser au-delà. Pour notre part, nous déposerons un recours contre l’éventuel arrêté. 
 
L’équipe du Gabian remercie l’association Au fil du Rhône pour son implication et son rôlr de lanceur d’alerte pour les habitants de Port Saint Louis du Rhône et la région. Vous pouvez les soutenir et vous tenir informer en vous abonnant sur leur page facebook 

Stop! L’incinérateur SOLAMAT MEREX veut s’agrandir

merex port saint louis du rhone le gabian

Enquête publique à PORT-SAINT-LOUIS-DU-RHÔNE et FOS-SUR-MER : extension de l'autorisation d'exploitation des activités de valorisation et de traitement des déchets industriels dangereux et non dangereux

Attention ! Ce registre est en cours de réalisation : cette présentation n’est pas définitive.
Il sera accessible du mardi 23 mars 2021 au vendredi 23 avril 2021.

L’enquête publique porte sur la demande formulée par la société SOLAMAT MEREX en vue de l’extension de l’autorisation d’exploiter des activités de traitement des déchets industriels dangereux et non dangereux, au titre des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), au sein de son établissement situé à Fos-sur-Mer.

Le présent projet consiste principalement à augmenter la capacité de traitement thermique, de réaliser des unités de traitement biologique et physico-chimique, des unités de lavage des citernes et de curage des hydrocureurs, et une plateforme de stockage extérieure de terres polluées et de résidus solides.

Cette enquête se déroulera du mardi 23 mars 2021 au vendredi 23 avril 2021 inclus sur le territoire des communes de FOS-SUR-MER et PORT-SAINT-LOUIS-DU-RHÔNE.

Télécharger l’avis    Télecharger l’arrêté

Vidéo Thalassa du 29 novembre 2020

port saint louis carle

Reportage video de Thalassa du 29/11/2020

Cléa, Benjamin et Cosme, âgés de 22 ans, ont choisi d’interrompre leurs études quelques mois pour mesurer l’impact du confinement sur la pollution plastique. A Marseille, Guillaume Valès, guide d’escalade, voue une passion aux Calanques. A Fos-Sur-Mer, le golfe de Fos est souvent montré du doigt pour des actes de pollution récurrents que les industriels tentent de passer sous silence.

A LIRE AUSSI :