11 mai 2020 à 08h44 pour le site GOMET . 

Crédit photo DR

Après une première missive le 11 avril dernier au ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, le député PCF des Bouches-du-Rhône Pierre Dharréville réitère sa demande d’organiser une table-ronde sur la situation inquiétante de l’usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer. Mais cette fois le communiste est rejoint par des élus locaux de tous bords politiques.

L’union sacrée pour sauver ArcelorMittal

Son nouveau courrier envoyé le 5 mai est co-signé par la présidente du Département et de la Métropole, Martine Vassal (LR), le maire de Saint-Mitre-les-Remparts, Béatrice Aliphat (DVD), le maire de Port-Saint-Louis-du-Rhône, Martial Alvarez (DVD), le maire d’Istres, François Bernardini (DVG), le maire de Fos-sur-Mer, Jean Hetsch (PS), le maire de Martigues, Gaby Charroux (PCF) et le maire de Port-de-Bouc, Patricia Pedinielli (PCF). « Notre préoccupation commune est de créer les meilleures conditions pour continuer à produire de l’acier à Fos, où toute une chaîne d’entreprises partenaires est installée. Il en va de l’avenir des emplois, mais aussi de nos territoires et de la capacité de production de notre pays. Il y a, en la matière, une responsabilité publique partagée », écrivent les élus du territoire.

Etroitement lié à l’industrie automobile française, à l’arrêt depuis le début du confinement, l’usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer a du arrêter un premier haut-fourneau et prévoit de mettre en veille l’ensemble du site au 30 juin si le carnet de commandes ne se remplit pas d’ici là. « Cet arrêt, s’il n’est pas annoncé comme définitif, fragilise le site dans la perspective du redémarrage des besoins en acier », s’inquiètent les élus. Et les résultats du premier trimestre d’ArcelorMittal ne sont pas des plus rassurants.

ArcelorMittal perd 1,1 milliard de dollars au premier trimestre

L’aciériste a annoncé une perte de 1,1 milliard de dollars sur le premier trimestre 2020 avec une baisse de chiffre d’affaires de 22,6% sur un an « Le groupe prévoit un impact significatif sur ses volumes jusqu’à ce que l’activité industrielle se normalise », indique ArcelorMittal dans son communiqué. Et le contexte incertain de la reprise économique mondiale l’empêche pour l’instant d’entrevoir une remontée de la demande d’acier. « il y a encore trop d’incertitudes pour prévoir précisément ce que sera le reste de l’année qui va représenter un défi », prévient le président indien du groupe Lakshmi Mittal.

A LIRE AUSSI :

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *